La peur d’accoucher (tokophobie)

La tokophobie (ou tocophobie) est une peur de la grossesse, et en général une peur de l’accouchement. Il est tout à fait normal pour une femme de ressentir de l’appréhension et de l’inquiétude à l’idée de mettre au monde. Cependant, il n’est pas normal que cette peur soit forte et omniprésente. Voilà pourquoi il s’agit d’une phobie (non contrôlée) et pas d’une simple peur.

La tokophobie est présente avant, pendant, ou après la grossesse. Tokophobie primaire est celle qui se manifeste pendant l’accouchement, et la tokophobie secondaire est celle qui arrive après un premier accouchement. Enfin, la tokophobie qui peut survenir pendant la grossesse est souvent liée à une dépression pré-natale.

La peur de la grossesse peut provenir des histoires dramatiques transmises par le bouche à oreille (entre copines) qui sont souvent fausses ou exagérées. On peut aussi développer un tokophobie lorsqu’on est exposé à des images ou des histoires choquantes, à la télévision et dans les médias, qui sont souvent faussées par rapport à la réalité. Autrefois, la peur de l’accouchement était surtout véhiculée par des textes de roman.

Différence entre peur et phobie

La phobie est la maladie de la peur : il s’agit d’une peur sans raison. La peur est naturelle, et un peu de peur est bon pour la santé. On peut avoir peur d’accoucher et de mettre au monde. Autrefois, l’accouchement était plutôt risqué car il arrivait fréquemment que des femmes (et des nouveaux-nés) meurent pendant la grossesse ou pendant la mise au monde.

De nos jours cependant, être enceinte et accoucher ne sont plus aussi dangereux qu’autrefois. La médecine a fait énormément de progrès ! Donc, il n’est pas normal d’avoir peur de l’accouchement au-delà du raisonnable. Pour la majorité des femmes, une grossesse et un accouchement se déroulent sans aucun problème.

Une femme qui est sans cesse angoissée, inquiète à l’idée d’avoir un enfant, est peut-être atteinte de tokophobie. Il arrive même que certaines femmes ne tombent jamais enceinte, car elles ont trop peur d’avoir un enfant, et font tout pour que cela ne se produise jamais. Ce n’est pas voulu : c’est inconscient. La femme évitera simplement de trouver un petit ami, ou d’avoir des rapports sexuels lors de sa période de fécondité, etc.

Les femmes qui sont atteintes de tokophobie ne sont pas celles qui ne veulent pas avoir d’enfant. En réalité, elles veulent avoir un enfant mais ont trop peur de la grossesse ou de l’accouchement pour ensuite passer à l’acte. En d’autres termes, elles vont éviter (parfois sans le savoir) d’avoir un enfant, uniquement car elles auront une peur absolue (totale) de l’accouchement.

Elles seront donc malheureuses car, au fond, elles veulent un enfant, mais une maladie les empêche de satisfaire ce besoin. Voilà pourquoi la tokophobie est mauvaise pour la santé. Elle empêche une femme d’être heureuse en mettant un enfant au monde comme elle le voudrait. La tokophobie est une peur irrationnelle et parfois inconsciente. Il faut la prendre en charge dès que possible, car se soigner prend du temps.

Les phobies et les troubles anxieux

En psychologie, la phobie est très proche de l’anxiété. Les personnes anxieuses sont des personnes inquiètes sans raison apparente, et qui occupe vous pensées en permanence. Cette inquiétude peut révéler une phobie, comme la peur du vide ou… la tokophobie. Une jeune femme qui souhaite donner la vie, mais qui est inquiète de tomber enceinte, est parfois tout simplement une femme ayant une personnalité anxieuse.

Pour soigner le trouble anxieux occasionné par votre peur, vous pouvez discuter avec votre médecin ou un spécialiste : il saura vous écouter, et vous donner les réponses qui vous aideront à aller mieux. Le traitement le plus efficace n’est pas un médicament (comme on pourrait le penser) mais un accompagnement thérapeutique, c’est à dire discuter régulièrement avec un thérapeute (psychologue ou psychothérapeute.)

Il existe de nombreux types d’anxiété, comme l’anxiété existentielle ou l’anxiété réactionnelle. Si vous pensez être atteinte de tokophobie, et que cette phobie est d’origine anxieuse (angoisse et inquiétude), alors il est possible qu’il s’agisse d’une anxiété spécifique à la grossesse. Un thérapeute saura vous expliquer tout cela en détail, et vous aider à surmonter votre mal-être définitivement.

Comme pour toutes les maladies, la peur de la grossesse sera plus facile à traiter (soigner) si elle est prise en charge rapidement. Il ne faut pas attendre la dernière minute pour prendre soin de votre santé : vous devez consulter votre médecin traitant si vous pensez que votre impossibilité d’avoir un enfant est due à une tokophobie ou à une anxiété (peur ou inquiétude sans raison apparente.)

Comment vaincre l’anxiété ? La solution contre l’anxiété !

L’anxiété est un sentiment d’inquiétude, de peur, ou des sentiments négatifs, généralement en rapport à l’avenir. L’anxiété n’est pas mauvaise, c’est un sentiment tout à fait normal chez une personne en bonne santé. En effet, un peu d’anxiété permet de savoir que quelque chose ne vas pas, et donc de trouver une solution pour aller mieux.

Le problème est lorsqu’une personne ressent un excès d’anxiété. Elle devient alors inquiète et reste inquiète en permanence, même lorsqu’il n’y a pas de raison d’être inquiet. On parle alors de trouble anxieux (ou trouble de l’anxiété), c’est à dire être inquiet d’être inquiet. Les personnes anxieuses ne savent pas toujours pourquoi elles redoutent l’avenir, et c’est la raison pour laquelle elles n’arrivent pas à sortir de leur inquiétude (elles se piègent elles-mêmes.)

Il existe de nombreux types d’anxiété, parfois similaires avec d’autres troubles psychologiques connus. Voici les principaux :

  • Le trouble de l’anxiété généralisée : la personne est inquiète pour tout
  • Le trouble de l’anxiété sociale : la personne est inquiète des autres (qui s’accompagne parfois de la peur des autres
  • Le trouble de l’anxiété spécifique : la personne est inquiète pour quelque chose en particulier (le noir, la hauteur, une situation, un animal, etc.)
  • Le trouble d’anxiété réactionnelle : la personne est inquiète et réagit à une situation (un événement de la vie, une nouvelle d’un proche, etc.)
  • Le trouble d’anxiété de performance : la personne va s’inquiéter de ses performances scolaires ou professionnelles
  • Le trouble de l’anxiété obsessionnelle : la personne s’inquiète d’une seule idée obsessionnelle, sans pouvoir penser à autre chose
  • Le trouble anxieux dépressif : la personne est inquiète de son manque d’énergie (déprime), ou devient déprimée à cause d’une inquiétude omniprésente
  • Le trouble d’anxiété existentielle : une inquiétude de la mort et de ses conséquences

Il existe encore d’autres variantes du trouble de l’anxiété. Voici plus d’informations pour vous apprendre à combattre votre anxiété… et la vaincre définitivement !

Symptômes de l’anxiété et définition du trouble anxieux généralisé

Le trouble anxieux généralisé est la maladie de l’inquiétude, de la peur, du souci. Une personne atteinte d’anxiété généralisée est constamment inquiète, et cela provoque chez elles des émotions fortes (peur, tristesse, etc.), des pensées douloureuses (crainte, amertume, dénigrement), et des actions malsaines (agitation, crispation, impatience). Une personne anxieuse peut également subir des symptômes somatiques (corporels) comme :

  • Un mal de crâne
  • Des crampes d’estomac
  • Des sueurs froides
  • Une sensation d’étouffement
  • Des nausées
  • Des troubles du sommeil
  • Une difficulté à se concentrer et mémoriser
  • Etc.

Ce qui fait la différence entre l’anxiété et l’angoisse ou le stress, ce sont des détails très précis. Dans le langage courant, on dit qu’une personne est anxieuse lorsqu’elle parait se faire du souci. En médecine c’est un peu différent : le stress est une perturbation lorsqu’on rencontre un obstacle, l’anxiété est une perturbation mentale quand on se fait du souci, et l’angoisse est surtout une perturbation physique qui survient dans un moment de panique.

Ces différents mots sont similaires et différents à la fois. Ainsi, la maladie de l’angoisse est le trouble panique qui survient de manière forte et cesse en quelques heures, elle est caractérisée par des symptômes physiques (respiration, sudation, battements cardiaques, etc.) La maladie de l’anxiété est le trouble de l’anxiété, elle se manifeste plutôt à long terme et reste diffuse en arrière plan (on ne s’en rend pas toujours compte), ses symptômes sont surtout psychologiques (mentaux) et influencent les émotions, les pensées, et les actions.

La définition de l’anxiété est donc à la fois très précise et très floue. En fait, une personne atteinte d’anxiété sera souvent victime d’autres symptômes. Chaque personne est différente, mais une maladie mentale peut rapidement en entraîner une autre. Si vous pensez être atteint d’un trouble de l’anxiété (anxiété maladive), il ne faut pas hésiter à consulter avec votre médecin traitant puis un médecin spécialiste en psychologie (psychiatre).

Utiliser un médicament contre l’anxiété

Un médicament est une des formes de thérapies (soin) possible contre le trouble anxieux. Les médecins pensent que les médicaments sont utiles pour diminuer ou supprimer les symptômes des maladies. Par exemple, un doliprane (paracétamol, efferalgan) va masquer la douleur et vous permettre de continuer votre vie habituelle : il ne résout pas votre douleur, il vous permet seulement de vivre sans être gêné.

Il existe de nombreux médicaments pour aider à lutter contre l’anxiété. Certains médicaments sont plus efficaces pour certains types d’anxiété. En règle générale, les médecins sont biens formés pour prescrire les meilleurs médicaments en fonction des cas rencontrés. Les pharmaciens peuvent également vous aider à faire un meilleur choix de médicament, en fonction des symptômes et des effets ressentis.

Il n’existe pas de médicament miraculeux pour guérir de votre anxiété. En plus de cela, les médicaments n’ont pas exactement le même effet chez tout le monde. Il faut donc faire confiance à votre médecin, et ne pas hésiter à lui dire ce que vous ressentez lors de la prise d’un médicament. Sachez aussi que certains médecins préfèrent éviter de prescrire des médicaments. Et vous avez également le droit de refuser de suivre un traitement médicamenteux.

Suivre une thérapie pour guérir l’anxiété

Le traitement le plus efficace contre l’anxiété est l’accompagnement personnalisé. Dialoguer avec un professionnel de santé permet de mettre des mots sur vos émotions, vos pensées, et vos actes. Vous pourrez alors faire diminuer votre anxiété, en améliorant votre connaissance de vous-même. La thérapie mentale est une excellente méthode naturelle pour prendre soin de vous, elle ne comporte pas d’effets secondaires comme les médicaments.

La thérapie vous aidera à éviter les crises de panique, à diminuer l’inquiétude et le souci, et même à affronter vos peurs. Elle vous évitera d’aggraver votre anxiété et de contracter (d’attraper) d’autres maladies, comme la dépression ou la dépendance (alcool, drogues).

Il existe de nombreux types de thérapies, les deux principales sont la psychothérapie analytique (ou psychanalyse) et la thérapie cognitive comportementale. La psychanalyse) vous permettra de connaitre vos pensées inconscientes ancrées dans le passé, alors que la thérapie cognitive comportement vous aidera plutôt à rectifier votre comportement et vos pensées dans le présent. Chaque thérapie a ses propres avantages et inconvénients, n’hésitez pas à en essayer plusieurs pour trouver celle qui vous convient le mieux. Vous vaincrez ainsi votre anxiété définitivement !

L’anxiété de performance

La définition de l’anxiété de performance est une inquiétude à l’idée de passer des tests, des concours, des examens. En d’autres mots, l’anxiété de performance est une trop grande inquiétude à l’idée de ne pas être à la hauteur. La personne atteinte d’anxiété de performance aura des difficultés à réussir car elle n’arrivera pas à être sereine.

Il faut bien faire la différence entre un peu d’inquiétude, et une anxiété forte. L’inquiétude est tout à fait normale, elle permet de mieux se préparer à passer une évaluation (scolaire, professionnelle, ou autre) en vous aidant à rester concentré sur vos objectifs. En revanche, l’anxiété est un excès d’inquiétude qui cause lui-même de l’inquiétude : vous n’êtes plus simplement inquiet, vous êtes inquiet d’être inquiet.

L’anxiété de performance est donc un réel problème puisqu’elle peut vous empêcher à réussir. Il faut donc apprendre à la reconnaître, pour pouvoir ensuite la traiter et pouvoir réussir son concours, son test, son examen, ou toute autre épreuve à laquelle nous souhaitons nous soumettre. Car si vous êtes constamment inquiet sans raison valable (si vous paniquez sans cesse) alors ce n’est pas sain.

L’anxiété de performance chez l’enfant

On retrouve chez l’enfant une anxiété de performance scolaire. L’enfant aura du mal à réviser car il sera constamment anxieux à l’idée d’échouer. Les enfants à la personnalité anxieuse on tendance à se faire du souci plus facilement. Même un enfant doué peut subir de l’anxiété, et donc échouer à des examens.

Pour combattre l’anxiété de performance, un enfant peut consulter avec un pédopsychiatre (médecin psychologue pour les enfants) afin de discuter de son parcours scolaire et de ce qui l’inquiète. Il est également important que les parents écoutent les conseils du médecin afin de pouvoir aider au mieux leur enfant.

Souvent les enfants atteints d’anxiété de performance ont des parents exigeants et seront inquiets à l’idée de les décevoir. Il est donc contre-productif pour les parents d’être encore plus exigeants. La meilleure stratégie est donc parfois de laisser souffler l’enfant, afin qu’il comprenne mieux par lui-même l’importance de réussir. Mais ce n’est pas toujours le cas.

L’anxiété de performance chez l’adulte

Chez l’adulte, l’anxiété de performance au travail est une réelle possibilité. On peut être anxieux à l’idée de devoir réussir une mission, un projet, ou de devoir subir un test d’évaluation professionnelle. Même les meilleurs employés peuvent se sentir inquiets pour leur réussite, surtout s’ils ont l’habitude de réussir : en effet ils se sentent jugés par leur entourage (collègues, supérieurs, etc.)

La encore le meilleur traitement est de consulter avec un thérapeute spécialisé (psychiatre ou psychologue) afin de dialoguer et de comprendre votre situation. Par exemple de nombreuses personnes se sentent obligées de réussir dans tous les domaines de leur vie, alors qu’en réalité elles préféreraient simplement réussir : échouer n’est jamais catastrophique ni définitif, ni une preuve que nous sommes nul. Même les meilleurs peuvent faiblir.

L’anxiété de performance chez l’adulte provient souvent d’une enfance vécue avec des parents exigeants. Elle émane (naît) aussi à l’école car les enfants sont en compétition pour réussir (obtenir la meilleure note) et tout au long de la vie pour réussir (obtenir le meilleur salaire). Suivre une thérapie permet de comprendre d’ou provient cette anxiété, et donc de la vaincre pour pouvoir réussir plus facilement.

Traitement et guérison de l’anxiété de performance

En résumé, l’anxiété de performance est donc une inquiétude trop importante à l’idée de passer un test. Elle est une inquiétude légère mais constante. Lorsque l’anxiété de la performance est très forte, il s’agit alors d’une crise d’angoisse qui durera seulement quelques heures au maximum, mais peut avoir des conséquences dramatiques (comme l’échec d’un examen.)

La guérison de l’anxiété de la performance par une thérapie (et parfois un médicament) permet de diminuer l’inquiétude. Vous serez alors capable de mieux vous concentrer, de mieux mémoriser, et d’être une personne performante. Vous apprendrez notamment d’ou vient votre envie de réussir, et comment gérer votre anxiété en acceptant la possibilité d’échouer.

Une découverte récente permet de faire la différence entre deux types de personnes : ceux qui pensent que leur niveau de performance est fixe (ils restent toujours au même niveau), et ceux qui pensent que leur niveau de performance peut évoluer avec le temps (devenir meilleur). Ceux qui pensent que leur niveau de performance est fixe ressentent de l’anxiété lorsque leur niveau s’améliore ou se dégrade. Au contraire ceux qui pensent que leur niveau de performance fluctue seront anxieux si leur niveau stagne. Dans les deux cas, l’anxiété est déclenchée car le changement (ou l’absence de changement) remet en doute leur façon de penser. Un thérapeute saura vous expliquer si vous appartenez plutôt à la première catégorie ou à la deuxième, ainsi que de nombreuses autres façons d’envisager la réussite.

Attention à ne pas confondre l’anxiété de la performance avec le terme anglais performance anxiety qui désigne la représentation en public (théâtre, discours) : c’est une forme d’anxiété sociale spécifique appelée le trac. L’anxiété sociale est différente de l’anxiété de performance.

Être anxieux : synonymes de l’anxiété

L’anxiété est un sentiment, c’est à dire une pensée consciente ou inconsciente, en rapport (relation) avec la santé mentale. Pour mieux comprendre l’anxiété, on peut étudier ses synonymes sous plusieurs angles.

Sur cette page nous vous présentons les synonymes utilisés dans le langage courant pour qualifier (désigner) une personne anxieuse. Si vous pensez être atteint(e) d’anxiété, alors cette page vous aidera peut-être à le confirmer. N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre médecin si vous pensez être malade de l’anxiété.

L’anxiété et les émotions : synonymes

Les émotions sont des réactions primitives et de faible durée. L’anxiété peut faire surgir de nombreuses émotions négatives.

On peut dire d’une personne anxieuse qu’elle est apeurée, effrayée, craintive voire terrorisée, ou angoissée et paniquée. La personne anxieuse appréhende les événements, elle peut être songeuse ou parfois un attristée (mais pas toujours.) Elle est souvent contrariée sans pour autant être colérique. Parfois, elle éprouve une émotion positive de curiosité.

L’anxiété et la pensée : synonymes

Les pensées sont rationnelles ou irrationnelles, conscientes ou inconscientes. Elles sont plus élaborées que les émotions, et elles ont du sens. Les pensées négatives peuvent devenir conscientes afin d’être converties en pensées positives grâce notamment à l’aide d’un thérapeute.

On peut dire qu’une personne anxieuse est inquiète, tourmentée, paniquée, tracassée. Elle est incertaine en pensant au futur, voire alarmée en présence d’un danger immédiat (réel ou imaginaire). Elle est peinée, évitante, et surtout soucieuse ou bilieuse de tout ce qu’elle pense et ressent.

Contrairement à ce que l’on peut lire, la personne anxieuse est rarement paranoïaque et sera plutôt confiante envers les autres ce qui lui donne de bonnes perspectives de guérison lorsqu’elle accepte la thérapie. Elle est cependant anxiogène pour son entourage, car elle est amère, rancunière, boudeuse, aigre, maussade, morose. Elle n’affiche pas sa meilleure personnalité.

L’anxiété et les actes : synonymes

Enfin l’anxiété influence également les actions.

Une personne anxieuse sera soit agitée et excitée, soit au contraire inhibée et tranquille. On peut donc la qualifier de sauvage ou timide. Dans tous les cas elle sera crispée, tendue, fébrile, et rendue nerveuse par sa psychologie (ses pensées). Son comportement sera impatient et elle sera insatisfaite et toujours à la recherche d’une solution à ses problèmes : elle éprouve une avidité qui l’épuise et la rend déprimée.

L’anxiété comme maladie : synonymes

L’anxiété est une maladie lorsqu’elle dure trop longtemps, ou quand l’anxiété est trop forte.

Une personne fortement anxieuse est souffrante et troublée. Elle est véritablement endolorie et malheureuse. Elle est anhédonique (elle perds son plaisir.) Elle est stressée, phobique, tétanisée ou choquée. Ses souffrances l’empêchent d’être une personne réfléchie : elle ne raisonne plus aussi bien.

L’anxiété et ses symptômes : synonymes

On peut trouver des synonymes à l’anxiété en fonction des symptômes ressentis par la personne atteinte de cette maladie.

Elle est atteint de spasmophilie (difficulté à respirer), de palpitations, de faiblesse nerveuse et donc de déprime. Elle est fatiguée, parfois nauséeuse et contracturée, endolorie, constipée. Elle est déconcentrée et même parfois amnésique. Lors de crises d’angoisses, elle est tremblante et suante.

 

La crise d’angoisse existentielle et l’anxiété existentielle

L’angoisse existentielle ou crise d’angoisse existentielle est une anxiété de court terme. Comme l’anxiété, elle est une sorte de peur ou d’inquiétude par rapport à l’avenir. Cependant l’angoisse est à court terme (souvent quelques heures au maximum) alors que l’anxiété existentielle est à plus long terme (6 mois ou plus). Voici plus d’informations sur l’anxiété, l’angoisse, la panique, et des explications sur l’angoisse existentielle en particulier.

L’anxiété et l’angoisse sont liées, elles ne sont pas des maladies : il est tout à fait normal d’être un peu inquiet devant quelque chose d’inquiétant. Si vous n’étiez jamais inquiet, alors vous seriez une personne anormale puisque vous n’auriez peur de rien. Une personne sans peur est une personne qui prend beaucoup trop de risques.

L’inverse c’est d’avoir tout le temps peur, d’être tout le temps inquiet, même sans raison valable. On appelle cela l’angoisse à court terme, et l’anxiété à long terme. Lorsque l’angoisse ou l’anxiété vous empêchent de vivre normalement alors elles deviennent des maladies : le trouble panique (maladie de l’angoisse à court terme) et le trouble de l’anxiété généralisée (maladie de l’anxiété à long terme).

L’angoisse et l’anxiété peuvent survenir à tout moment : certaines personnes par exemple sont inquiètes à l’idée de rencontrer de nouvelles personnes.  D’autres préfèrent éviter de prendre l’avion par crainte d’un accident. Si on laisse l’angoisse et l’anxiété se développer, alors cela peut prendre des proportions dramatiques (cela peut devenir grave). Par exemple, on peut avoir tellement peur des autres que l’on décide de ne plus sortir de chez soi, ou on peut avoir tellement peur des avions que l’on observe tout le temps le ciel pour vérifier qu’aucun avion ne vas nous tomber dessus. Cela n’a rien de drôle car la personne ne peut alors plus mener une vie normale.

L’angoisse et l’anxiété existentielles

Les troubles anxieux existentiels sont l’inquiétude ou la peur de l’existence. Il est difficile d’expliquer ces angoisses de manière simple. Il s’agit de l’inquiétude d’être une personne humaine et mortelle, c’est à dire une personne qui mourra un jour. Nous naissons sans nous rendre compte que nous pouvons mourir : lorsqu’on apprend la mort, alors on peut subir un choc et devenir inquiet de mourir bientôt.

On peut également devenir inquiet car on sait que nous sommes libres de choisir entre la vie et la mort. Nous avons donc peur de nos propres décisions. La liberté de choisir nous donne du pouvoir, et ce pouvoir est pour certaines personnes une source d’inquiétude. L’angoisse existentielle, c’est donc la réaction du corps quand on découvre que l’on va mourir un jour.

L’angoisse existentielle existe chez les enfants et les adultes. On peut tout à fait se réveiller un matin et réaliser que nous sommes en vie, même lorsqu’on a 20 ou 30 ans. Les enfants ne connaissent pas la mort, les adultes ne la connaissent pas toujours non plus. L’angoisse existentielle peut également survenir lorsqu’on est confronte à la mort d’un proche, ou lorsqu’on échappe à un accident qui aurait pu nous coûter la vie (qui aurait pu nous tuer.)

Dans tous les cas, sachez que l’angoisse et l’anxiété sont des réactions normales. L’angoisse et l’anxiété sont temporaires et disparaissent après un certain temps. L »angoisse et l’anxiété existentielles sont des maladies si elles durent trop longtemps et qu’elles prennent le dessus sur vous. Si vous pensez être malade, alors n’hésitez pas à consulter votre médecin : il pourra vous dire si vous êtes en bonne santé ou non, en fonction de ce que vous lui direz.

D’où venons-nous ? Ou allons-nous ? Quel est l’objectif de la vie ? Quand l’homme affronte ces questions, il peut devenir anxieux. Il devient alors paralysé mentalement, et il est incapable de réfléchir logiquement (penser clairement.) L’angoisse de mort existentielle c’est affronter ou éviter ces questions, et être inquiet car elles vous obsèdent. Le but de la thérapie est de vous permettre de répondre à ces questions, et d’accepter les réponses pour éviter d’être paralysé par l’idée de la mort.

 

Trouble de l’anxiété réactionnelle (trouble de l’adaptation)

L’anxiété réactionnelle (ou trouble de l’adaptation) est un sentiment d’inquiétude en rapport avec un événement. La personne atteinte de ce type d’anxiété réagit surtout à un événement qui l’inquiète, plus ou moins conscient (connu). Il s’agit d’une forme d’anxiété aiguë (à court terme) contrairement au trouble de l’anxiété généralisée qui est une maladie chronique (de long terme). Voici des informations pour mieux comprendre l’anxiété réactionnelle et comment la guérir.

Tout d’abord, il faut bien comprendre que le trouble de l’anxiété réactionnelle est une maladie diagnostiquée par un médecin. L’anxiété réactionnelle simple n’est pas un trouble (maladie) mais une inquiétude passagère, et elle est tout à fait normale. Donc, ne paniquez pas, et laissez votre médecin évaluer votre état de santé. Il est possible que vous ne soyez pas malade, mais simplement un peu inquiet.

Imaginez une minute que tous les événements de la vie ne vous fasse rien. Si la mort d’un proche ou un accident tragique ne vous inquiète pas, êtes-vous une personne normale ? Probablement que non. Être inquiet de temps en temps est très bon pour la santé. Cela vous permet de relativiser, et d’être inquiet uniquement lorsque cela en vaut la peine.

Alors comment savoir si vous êtes trop anxieux, ou au contraire pas assez ? Le rôle du médecin est de vous aider à faire la différence, et à être en meilleure santé. Et si vous êtes effectivement atteint d’un trouble de l’anxiété réactionnelle, il vous faudra peut-être suivre un traitement (avec ou sans médicament) pour aller mieux et retrouver votre bonheur.

Angoisses réactionnelles et trouble de stress post-traumatique

L’anxiété réactionnelle est souvent accompagnée d’une angoisse réactionnelle, c’est à dire d’une panique à très court terme. L’angoisse désigne plutôt les réactions physiques (sueurs froides, cœur qui bat vite, etc.) alors que l’anxiété est une réaction psychologique (pensées). Il est possible qu’une situation angoissante déclenche chez vous une anxiété réactionnelle qui durera plusieurs semaines voire plusieurs mois.

Dans les cas les plus extrêmes, le trouble de l’anxiété réactionnelle (TAR) peut provenir d’un trouble de stress post-traumatique (TSPT) qui est une forme extrême d’anxiété. Les personnes qui sont atteintes d’un trouble de stress post-traumatiques ont souvent vécu (ou ont été exposés par le biais d’un proche à) une situation très difficile en rapport avec la mort (attentat, menaces de mort, prise d’otage, etc.)

La différence entre ces différents troubles se situe dans l’intensité et la durée des symptômes. Pour récapituler, l’anxiété réactionnelle est un sentiment d’inquiétude de durée moyenne (quelques semaines à quelques mois) et le trouble de l’anxiété généralisée dure au moins 6 mois (anxiété chronique). L’angoisse réactionnelle est un trouble aigu qui dure quelques heures seulement. Le trouble du stress post-traumatique quant à lui est extrêmement violent.

Tous ces problèmes psychologiques vont déclencher des émotions comme la tristesse, le désespoir, des sentiments comme l’inquiétude, et des comportements comme la nervosité et l’agitation. Tout cela peut empêcher de mener une vie normale. Il faut consulter avec un médecin si vous pensez être atteint d’un ou plusieurs de ces problèmes.

Anxiété réactionnelle et dépression réactionnelle

L’anxiété et la déprime sont souvent liées au seins des troubles anxio-dépressifs. En effet, une personne très inquiète s’épuisera à force d’avoir peur, et subira donc une asthénie (perte d’énergie.) L’anxiété réactionnelle peut donc déclencher une dépression : un événement déclenche l’anxiété, qui elle-même déclenche une dépression réactionnelle à cette anxiété.

La santé mentale est très fragile et un trouble en entraîne très souvent un autre. Les différentes catégories de troubles servent surtout aux médecins à prescrire le meilleur traitement possible (thérapie, médicament, etc.) Et lorsqu’on soigne une maladie mentale, les autres maladies vont souvent diminuer en intensité voire disparaître totalement. Les médecins savent par exemple qu’en cas de dépression et d’anxiété, il est souvent plus efficace de traiter l’anxiété, car la dépression peut disparaître d’elle-même une fois l’anxiété réactionnelle guérie.

Le meilleur traitement pour l’anxiété réactionnelle est de discuter un spécialiste (thérapeute) pour comprendre d’ou provient votre inquiétude. Il ne faut pas laisser l’anxiété s’installer dans votre quotidien plus que nécessaire. Un médicament peut éliminer les symptômes (effets gênants) de votre anxiété, comme le manque d’énergie ou les attaques de panique. Vous pouvez également vous documenter (lire) sur le sujet de la santé mentale, afin de mieux comprendre par vous-même le fonctionnement du corps humain et de votre cerveau.

 

Je suis anxieuse en permanence : que faire ?

Si vous êtes anxieuse en permanence, vous vous inquiétez peut-être pour vous santé… et vous avez raison. En effet, un peu d’inquiétude est bon pour la santé, mais trop d’inquiétude est néfaste. L’excès d’inquiétude est dangereux pour la santé comme tous les excès (nourriture, alcool, etc.) Sur cette page nous vous donnons des pistes pour combattre et vaincre votre anxiété.

Il faut tout d’abord rappeler que l’anxiété n’est pas juste de l’inquiétude. L’anxiété c’est se faire beaucoup de souci, parfois pour rien et de manière illogique, alors que l’inquiétude est rationnelle et survient par exemple en face d’un événement inquiétant. En d’autres mots, l’anxiété n’est pas juste une réaction, elle est une création psychologique (une pensée) qui a tendance à vous rendre inquiet.

La personnalité anxieuse et le trouble de l’anxiété généralisé

Certaines personnes sont très souvent inquiètes, on dit qu’elles ont une personnalité anxieuse. D’autres personnes ne sont jamais anxieuse ce qui est surprenant : c’est comme si elles ne redoutaient rien ! Chaque personnalité est différente, il n’y a pas de meilleure personnalité qu’une autre. S’inquiéter un peu est tout à fait sain, cela vous permet de réagir devant une situation à risque.

Le problème est lorsque l’anxiété est trop importante. Car cette anxiété, au lieu de vous aider, va alors vous handicaper. En effet, l’anxiété paralyse votre cerveau et vous empêche de réfléchir. Une personne trop anxieuse aura tendance à avoir très peur et à surestimer (exagérer) les risques encourus. Cette anxiété peut aller de la simple peur de rencontrer une nouvelle personne, à l’inquiétude quant aux avions qui survolent les villes et pourraient s’y écraser… ce qui est très peu probable !

Les médecins peuvent donc établir le diagnostic d’une maladie appelée le trouble de l’anxiété généralisée (abrégée TAG). Si vous êtes anxieuse en permanence, il est possible que vous soyez atteint(e) de cette maladie. Cependant ce n’est pas toujours le cas, cela dépend surtout de la durée et de la fréquence (répétition) des épisodes d’angoisse (crises de panique). Seul un médecin peut effectuer ce diagnostic, vous ne pouvez pas le réaliser vous-même : si vous pensez que vous êtes extrêmement anxieux, il faut donc en parler avec votre médecin.

Les causes de l’anxiété et sa guérison

L’anxiété est provoquée par des facteurs (événements) très variés. Une personne peut être anxieuse à l’idée de passer un examen scolaire, une autre à l’idée de monter dans un ascenseur, etc. En fait la cause de l’anxiété n’est pas toujours connue de la personne qui la subit. Voilà pourquoi il est important de se renseigner sur son anxiété (comme vous le faites en lisant cette page) et de parler avec un spécialiste de la psychologie qui vous aidera à y voir plus clair.

On peut tout à fait guérir d’un trouble de l’anxiété généralisée. Les traitements les plus courants sont la thérapie avec un psychothérapeute, et le médicament afin d’alléger les symptômes. Si vous êtes une personne très anxieuse, ces deux modes de traitement seront encore plus efficaces lorsque vous prenez le temps d’apprendre à connaitre votre corps grâce à des ouvrages spécialisés.

Nous vous recommandons donc de continuer notre lecture sur notre site. Vous devez également, si vous pensez être extrêmement anxieuse (beaucoup plus que la normale de vos amis ou de votre famille), prendre un rendez-vous avec votre médecin traitant pour en discuter avec lui. Il vous orientera vers les meilleures solutions pour guérir l’anxiété, le stress, et les angoisses.

La santé mentale est très importante, il ne faut pas la négliger. Beaucoup de gens sont atteints de troubles mentaux sans le savoir. Prendre soin de soi aide à mener une vie plus agréable, et donc à être plus heureux. Être inquiet en permanence ne vous aidera pas à nouer des relations saines avec des amis et un(e) partenaire, à trouver et garder un travail épanouissant, ni réussir dans la vie si cela est votre but. Nous vous recommandons d’investir votre temps dans un peu de lecture, et dans quelques consultations de santé, afin d’être en meilleure santé pour le restant de vos jours.

Le trouble de l’anxiété sociale expliqué simplement – La peur des gens (démophobie)

L’anxiété sociale est une inquiétude en rapport avec les relations aux autres. Avoir un peu d’anxiété sociale, par exemple quand on rencontre de nouvelles personnes, est tout à fait normal car cela nous permet de faire une bonne impression et d’être un peu plus attentif à notre manière de nous tenir. Cependant, trop d’anxiété sociale est mauvais car nous serons alors beaucoup trop inquiets pour rencontrer ces personnes dans de bonnes conditions : nous rougirons, nous bafouillerons, etc.

L’excès d’anxiété sociale est un maladie appelée le trouble de l’anxiété sociale. Elle se caractérise par des pensées négatives, des émotions négatives, ou des comportements négatifs à l’encontre des autres. On développe donc une inquiétude permanente d’aller à la rencontre d’autrui (autres personnes). Par exemple, on peut avoir tellement peur (émotion) de rencontrer une personne que nous nous jugeons incapable (pensée) d’être un bon ami, et nous éviterons le rendez-vous (action d’évitement).

Il est normal d’être un peu anxieux de temps en temps, mais si vous êtes atteint du trouble de l’anxiété social, alors vous êtes beaucoup trop anxieux ! C’est cet excès d’anxiété qui nuira à votre santé à long terme, et vous empêchera de mener une vie normale. Si vous pensez être atteint d’un trouble de l’anxiété sociale, rendez-vous chez votre médecin et discutez avec lui : il pourra alors émettre  le diagnostic de votre maladie à partir des symptômes que vous lui décrirez, et vous proposer un traitement adapté (avec ou sans médicament).

Quelles sont les maladies de l’anxiété ?

L’anxiété est une pensée, vous savez que vous êtes inquiet de quelque chose mais vous ne savez pas forcément de quoi. L’anxiété sociale est une forme d’anxiété ciblée sur les autres, et elle vous permet donc de commencer à réfléchir à votre inquiétude. Avez-vous peur des autres parce que votre apparence ne vous plait pas ? Evitez-vous les autres simplement car avec pris l’habitude d’être solitaire et introverti(e) ?

On retrouve l’anxiété sociale dans de nombreux troubles (maladies). En réalité, seul un médecin pourra diagnostiquer correctement le trouble dont vous êtes atteint, et si vous avez beaucoup d’anxiété sociale alors c’est peut-être le signe d’un trouble plus important. Par exemple, vous pourriez être atteint du trouble de l’anxiété généralisée, c’est à dire d’une inquiétude permanente. La différence entre l’anxiété sociale et l’anxiété généralisée est simple : au lieu d’être inquiet uniquement à l’idée d’être social, vous êtes inquiet également pour d’autres choses comme par exemple de prendre l’avion, de monter dans un ascenseur, ou d’être au contact de l’eau.

Tout cela est très compliqué, et il faut laisser le soin à votre médecin de vous aider à aller mieux. Il faut surtout retenir que l’anxiété est normale à petite dose et anormale à haute dose. D’ailleurs, les personnes qui sont très anxieuses subissent des crises d’angoisse : elles paniquent lorsqu’elles sont exposées à certaines situations.

Il existe deux maladies précises en rapport avec l’anxiété sociale : le trouble de la personnalité évitante (aussi appelé trouble de la personnalité anxieuse) et la démophobie (peur des autres). Ces deux maladies sont différentes. La personnalité évitante choisira d’éviter les autres, alors que la personne atteinte de démophobie aura surtout peur des autres. Dans les deux cas, vous êtes inquiet en pensant à d’autres personnes, la différence se situe dans la réaction : la personnalité évitante voudra à tout prix éviter de penser aux autres, alors que la personne démophobe pourra penser aux autres mais évitera de les cotoyer (de les fréquenter.)

L’anxiété sociale peut également être de l’ochlophobie qui est la peur de la foule (et pas des gens individuellement), ou l’agoraphobie qui est la peur des grands espaces (mais pas forcément des gens qui y sont présents.)

Ces différences sont subtiles et vous n’avez pas besoin de les connaitre pour savoir que vous êtes mal à l’aise.

Comment vaincre la timidité ?

Une personne anxieuse est souvent une personne timide. Que vous soyez démophobe, évitante, ou atteint d’une autre maladie sociale, ne paniquez pas : il est tout à fait possible de vaincre son anxiété ! La timidité maladie est due à un mal-être que vous pouvez tout à fait apprendre à gérer.

Une personne anxieuse aura tendance naturellement à éviter ou affronter son mal-être indirectement. Pour réussir à ne plus être anxieux socialement, votre médecin vous conseillera un traitement adapté, comme par exemple de parler avec un spécialiste (thérapie), et parfois de prendre un complément alimentaire ou un médicament pour atténuer les symptômes (la gêne occasionnée par) votre maladie.

Les symptômes du trouble de l’anxiété sociale sont souvent des sueurs froides, un cœur qui bat très vite, des pensées négatives, la sensation d’avoir besoin de fuir, ou même des troubles du sommeil ou des inquiétudes invraisemblables. On peut guérir du trouble de l’anxiété sociale et les symptômes disparaîtront sans médicament. La guérison s’effectue le plus souvent en parlant avec un thérapeute, et celui-ci est remboursé par la sécurité sociale. Parlez avec votre médecin et ne lui mentez pas, afin qu’il puisse vous aider à aller mieux. Vous devrez peut-être accepter un médicament temporairement, pour aller mieux à court terme, afin de pouvoir vous soigner et d’aller mieux à long terme.

 

La personnalité anxieuse en psychologie : explication simple

Avez-vous une personnalité anxieuse ? L’anxiété est une tendance à se croire toujours en danger, même en l’absence d’élément dangereux. Il est difficile de savoir soi-même si l’on est anxieux, car il est difficile de repérer les signes avant-coureurs (les premiers signes) de l’anxiété. On peut dire, pour simplifier, que l’anxiété est une sorte d’inquiétude permanente.

Une personne ayant une personnalité anxieuse n’est pas plus mauvaise qu’une autre. Chacun possède sa propre personnalité, et ses propres traits de caractère. L’anxiété est saine à petite dose, elle ne pose problème que lorsqu’elle est omniprésente c’est à dire quand on est toujours inquiet. Une personnalité anxieuse aura donc tendance à tomber plus facilement dans l’excès anxieux, et il faudra surveiller qu’elle n’en devienne pas malade. En cas d’anxiété sévère, un médecin pour diagnostiquer (décréter) que cette personne est atteinte d’un trouble anxieux généralisé (maladie).

Il faut bien comprendre la différence entre une personnalité anxieuse, et une personne malade de trouble de l’anxiété généralisé. La personnalité anxieuse est juste une tendance à être un peu inquiet sans raison. Le trouble anxieux généralisé est, au contraire, beaucoup plus fort : il influence le comportement, à tel point que la personne évitera complètement ce qui la rend inquiète. Le trouble anxieux généralisé est un réel handicap, car la personne peut (par exemple) ne plus prendre l’ascenseur car elle est inquiète de subir un accident. Même lorsque les risques sont quasi-inexistants, une personne malade d’anxiété généralisée sera sûre qu’elle subira le pire.

Si vous êtes légèrement anxieux ou anxieuse, rassurez-vous car il s’agit juste d’un trait de personnalité. Certaines personnes sont paranoïaques, d’autres sont anxieuses, et d’autres sont hystériques ou encore impulsives. Il existe de très nombreuses personnalités différentes, et on peut tout à fait vivre avec !

Pour votre bien-être cependant, il faudra veiller à être raisonnablement anxieuse. Et si vous n’arrivez plus à contrôler votre anxiété, si vous subissez des crises de panique (crises d’angoisse), que vous avez du mal à dormir en raison de vos inquiétudes (ou que cela vous réveille), si vous n’arrivez pas à vous concentrer ou à mémoriser quoi que ce soit, ou que vous ressentez d’autres symptômes de l’anxiété, alors il est tout à fait possible que vous soyez atteint(e) d’un trouble de l’anxiété généralisée.

Pour en avoir le cœur net, vous devez obligatoirement consulter avec un médecin qui est la seule personne à même de vous diagnostiquer. Aucun site internet, ni livre, ni même le meilleur de vos amis, ne peux vous diagnostiquer comme étant atteint d’un trouble de l’anxiété ! Seul un médecin pourra vous confirmer que vous êtes une personne atteinte de la maladie de l’anxiété, à savoir l’anxiété généralisée.

Le trouble de l’anxiété se soigne-t-il ?

Oui, il est tout à fait possible de soigner un trouble de l’anxiété. Il existe de très nombreuses manières de guérir, et les professionnels de santé sont formés pour vous aider à y arriver. Les deux principales méthodes pour traiter l’anxiété sont la thérapie et le médicament. La thérapie vous aidera à trouver l’origine de votre anxiété, et le médicament permettra d’atténuer les symptômes.

La thérapie est un accompagnement avec un professionnel, qui vous aidera à comprendre la raison de votre inquiétude. Il y a très souvent une raison consciente (que vous connaissez) ou inconsciente (que vous avez oubliée) à votre anxiété, et le thérapeute vous aidera à la découvrir. Vous analyserez avec lui vos émotions, vos pensées, et vos actions, afin de trouver ce qui vous inquiète et de pouvoir ainsi mieux l’accepter.

Le médicament est une aide complémentaire à la thérapie, il ne permet pas de guérir à lui tout seul mais il peut beaucoup aider. En fait, un médicament est souvent utilisé pour vous aider à mener une vie normale, et vous permettre de mener votre thérapie dans les meilleures conditions. Les médicaments contre l’anxiété agissent sur vos émotions pour vous aider à mieux les contrôler.

Trouble anxieux généralisé : l’anxiété chronique (anxiété permanente)

L’anxiété est la propension (prédisposition) à être une personne inquiète, une personne qui doute de l’avenir et se sent constamment en insécurité. Un peu d’anxiété ne fait pas de mal, bien au contraire, puisqu’elle nous permet de réagir à un danger et d’améliorer nos chances de survie. En revanche, trop d’anxiété est mauvais car elle nous empêche d’agir de la bonne manière. Le trouble de l’anxiété généralisé est la maladie de la personne « qui a peur d’avoir peur » ou qui est « inquiète d’être inquiète ».

Certaines personnes sont très anxieuses sans raison, alors que d’autres ne sont absolument pas anxieuse. En fait, aucune personne n’est meilleure que l’autre : ces deux personnes sont juste différentes. Il faut cependant reconnaître (admettre) que l’excès est néfaste, et donc une personne naturellement anxieuse sera à risque de devenir trop anxieuse. Un médecin peut alors effectuer le diagnostic (confirmer la maladie) de l’anxiété généralisée.

Angoissé ou anxieux : quelles différences ?

La crise d’angoisse et l’anxiété sont proches, elles sont presque identiques. La crise d’angoisse est une inquiétude forte et brève, et l’anxiété est une inquiétude légère mais permanente. L’angoisse peut se transformer en anxiété, et l’anxiété peut se transformer en crises d’angoisse.

Un médecin peut diagnostiquer soit un trouble anxieux généralisé (TAG) soit un trouble panique. Ces deux troubles correspondent alors à deux choses bien différentes. Le TAG indique que vous êtes tout le temps préoccupé par quelque chose, même sans raison apparente. Le trouble panique en revanche indique que vous vous emportez facilement dans des crises de panique violentes, d’une durée de quelques minutes à quelques heures tout au plus.

Symptômes du trouble de l’anxiété généralisé

Nous avons vu que les symptômes du trouble de l’anxiété généralisée sont différents des symptômes de la crise d’angoisse (crise de panique). Vous savez donc déjà que l’anxiété est diffuse (lente) et reste avec vous tout le temps – du matin au soir pendant des mois. Si vous êtes une personne naturellement anxieuse, et que vous avez de plus en plus de mal à gérer vos inquiétudes, il est tout à fait possible que vous soyez atteint d’un trouble anxieux généralisé.

Voici d’autres symptômes qui peuvent indiquer que vous êtes réellement malade et nécessitez de l’aide : des problèmes de sommeil comme une difficulté à s’endormir ou à dormir suffisamment, des problèmes pour manger suffisamment ou au contraire modérer votre alimentation, une préférence pour une grande quantité de substances comme l’alcool ou la drogue, une impossibilité de vous concentrer ou de mémoriser, de la nausée ou des maux de crâne. Enfin un autre symptôme du trouble de l’anxiété générale est… la crise de panique ! Eh oui, si vous subissez souvent des crises de panique impossibles à contrôler, il est tout à fait possible que cela soit un signe d’un trouble anxieux profond.

Il existe de nombreux autres symptômes pour l’anxiété généralisée. Certains symptômes sont encore plus précis, alors que d’autres sont vagues et peuvent passer inaperçu. Voilà pourquoi il faut laisser votre médecin établir un diagnostic.

Traitement de l’anxiété générale

Une fois le diagnostic établit, votre médecin vous conseillera plusieurs traitements pour votre trouble de l’anxiété. Car être un peu anxieux n’est pas un problème, mais être tout le temps en proie à (subir) de l’inquiétude, de la peur, ou des émotions incontrôlables, n’est pas bon pour la santé.

Les principaux traitements pour l’anxiété généralisée sont la thérapie et le médicament. La thérapie permet de trouver la cause de votre anxiété, et de changer votre comportement durablement pour être moins anxieux. Le médicament permet de vous aider à vivre plus confortablement au quotidien, en supprimant temporairement les symptômes.

Beaucoup de gens pensent que les médicaments, et ils ont en partie raison. Un médicament permet à votre corps de fonctionner normalement. Il est cependant difficile à supporter pour le corps humain. Il faut donc utiliser un médicament uniquement sous la supervision d’un médecin, et il faut envisager de cesser de l’utiliser dès que possible. Voilà pourquoi un médecin prescrira le plus souvent une thérapie accompagné d’un médicament, et pas un médicament seul.

 

Guérir du trouble de l’anxiété généralisé

La guérison est possible. De nombreuses personnes étaient atteintes du trouble de l’anxiété généralisée et ont réussi à s’en sortir. Elles vivent aujourd’hui une vie normale, et certaines sont même devenues très détendues et ne se font plus de soucis – sauf pour les choses vraiment très importantes.

Le trouble anxieux généralisé (TAG) est un sentiment d’inquiétude chronique (constant) et diffus. Vous êtes inquiets sans raison apparente, et l’inquiétude prend le dessus sur votre vie. Mais il existe bien une raison à cette anxiété, et le traitement vous permettra de la découvrir et de la résoudre de manière à vivre de nouveau sereinement.

On peut également se représenter le trouble anxieux généralisé comme étant l’inquiétude de s’inquiéter, qui est un cercle vicieux dont il est difficile de se sortir. Casser ce cercle vicieux est donc la première étape pour prendre soin de vous. Vos émotions, vos pensées et vos actions sont liées. Vous devez donc consulter avec un professionnel de santé pour influencer un ou plusieurs de ces trois paramètres, grâce à une thérapie, un médicament, ou les deux combinés.

Enfin la guérison passe également par une meilleure compréhension de votre anxiété. Que celle-ci soit maladive (un véritable troublé diagnostiqué) ou juste une tendance à être inquiet, vous avez intérêt à lire des livres sur l’anxiété, afin de mieux comprendre comment vos émotions, pensées et actions sont liées. Vous pourrez ainsi créer un cercle vertueux et diminuer votre anxiété durablement.