Trouble de l’anxiété réactionnelle (trouble de l’adaptation)

L’anxiété réactionnelle (ou trouble de l’adaptation) est un sentiment d’inquiétude en rapport avec un événement. La personne atteinte de ce type d’anxiété réagit surtout à un événement qui l’inquiète, plus ou moins conscient (connu). Il s’agit d’une forme d’anxiété aiguë (à court terme) contrairement au trouble de l’anxiété généralisée qui est une maladie chronique (de long terme). Voici des informations pour mieux comprendre l’anxiété réactionnelle et comment la guérir.

Tout d’abord, il faut bien comprendre que le trouble de l’anxiété réactionnelle est une maladie diagnostiquée par un médecin. L’anxiété réactionnelle simple n’est pas un trouble (maladie) mais une inquiétude passagère, et elle est tout à fait normale. Donc, ne paniquez pas, et laissez votre médecin évaluer votre état de santé. Il est possible que vous ne soyez pas malade, mais simplement un peu inquiet.

Imaginez une minute que tous les événements de la vie ne vous fasse rien. Si la mort d’un proche ou un accident tragique ne vous inquiète pas, êtes-vous une personne normale ? Probablement que non. Être inquiet de temps en temps est très bon pour la santé. Cela vous permet de relativiser, et d’être inquiet uniquement lorsque cela en vaut la peine.

Alors comment savoir si vous êtes trop anxieux, ou au contraire pas assez ? Le rôle du médecin est de vous aider à faire la différence, et à être en meilleure santé. Et si vous êtes effectivement atteint d’un trouble de l’anxiété réactionnelle, il vous faudra peut-être suivre un traitement (avec ou sans médicament) pour aller mieux et retrouver votre bonheur.

Angoisses réactionnelles et trouble de stress post-traumatique

L’anxiété réactionnelle est souvent accompagnée d’une angoisse réactionnelle, c’est à dire d’une panique à très court terme. L’angoisse désigne plutôt les réactions physiques (sueurs froides, cœur qui bat vite, etc.) alors que l’anxiété est une réaction psychologique (pensées). Il est possible qu’une situation angoissante déclenche chez vous une anxiété réactionnelle qui durera plusieurs semaines voire plusieurs mois.

Dans les cas les plus extrêmes, le trouble de l’anxiété réactionnelle (TAR) peut provenir d’un trouble de stress post-traumatique (TSPT) qui est une forme extrême d’anxiété. Les personnes qui sont atteintes d’un trouble de stress post-traumatiques ont souvent vécu (ou ont été exposés par le biais d’un proche à) une situation très difficile en rapport avec la mort (attentat, menaces de mort, prise d’otage, etc.)

La différence entre ces différents troubles se situe dans l’intensité et la durée des symptômes. Pour récapituler, l’anxiété réactionnelle est un sentiment d’inquiétude de durée moyenne (quelques semaines à quelques mois) et le trouble de l’anxiété généralisée dure au moins 6 mois (anxiété chronique). L’angoisse réactionnelle est un trouble aigu qui dure quelques heures seulement. Le trouble du stress post-traumatique quant à lui est extrêmement violent.

Tous ces problèmes psychologiques vont déclencher des émotions comme la tristesse, le désespoir, des sentiments comme l’inquiétude, et des comportements comme la nervosité et l’agitation. Tout cela peut empêcher de mener une vie normale. Il faut consulter avec un médecin si vous pensez être atteint d’un ou plusieurs de ces problèmes.

Anxiété réactionnelle et dépression réactionnelle

L’anxiété et la déprime sont souvent liées au seins des troubles anxio-dépressifs. En effet, une personne très inquiète s’épuisera à force d’avoir peur, et subira donc une asthénie (perte d’énergie.) L’anxiété réactionnelle peut donc déclencher une dépression : un événement déclenche l’anxiété, qui elle-même déclenche une dépression réactionnelle à cette anxiété.

La santé mentale est très fragile et un trouble en entraîne très souvent un autre. Les différentes catégories de troubles servent surtout aux médecins à prescrire le meilleur traitement possible (thérapie, médicament, etc.) Et lorsqu’on soigne une maladie mentale, les autres maladies vont souvent diminuer en intensité voire disparaître totalement. Les médecins savent par exemple qu’en cas de dépression et d’anxiété, il est souvent plus efficace de traiter l’anxiété, car la dépression peut disparaître d’elle-même une fois l’anxiété réactionnelle guérie.

Le meilleur traitement pour l’anxiété réactionnelle est de discuter un spécialiste (thérapeute) pour comprendre d’ou provient votre inquiétude. Il ne faut pas laisser l’anxiété s’installer dans votre quotidien plus que nécessaire. Un médicament peut éliminer les symptômes (effets gênants) de votre anxiété, comme le manque d’énergie ou les attaques de panique. Vous pouvez également vous documenter (lire) sur le sujet de la santé mentale, afin de mieux comprendre par vous-même le fonctionnement du corps humain et de votre cerveau.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *